Sélectionner une page

Quelle santé et quelle médecine pour demain ?

Quelle santé et quelle médecine pour demain ?

Dr Stéphanie GADROY, Médecin Vasculaire. Agée de 47 ans, j’ai toujours été sportive mais c’est après la naissance de mon dernier fils, il y a 15 ans que je « renais ». Après quelques petits soucis de santé, j’opère un changement radical de mode Alimentaire (actuellement plutôt Low-carb/méditerranéen), je découvre les sports d’endurance (course à pied, trail, vélo, ski de randonnée, randonnée) et je m’engage dans une mutation vers une vie éco-responsable. Pour avoir personnellement expérimenté les bienfaits de ces changements particulièrement sur ma santé, j’essaie de partager mes expériences avec mes patients et tout ceux qui le souhaitent.

État des lieux sur la santé de notre société et l’intérêt du sport.

À l’heure où l’on compte les contaminations, les décès, les faillites, les chômeurs, les variants, les vaccins, il convient de se poser la question, au moins individuellement. 

Depuis des décennies, dans nos pays industrialisés, la médecine allopathique est Reine, proposant chaque jour de nouveaux miracles aux patients. 

Si l’on doit se féliciter d’avancées déterminantes dans de nombreux domaines médicaux et chirurgicaux, il faut les mettre en balance avec la dégradation sans précédent depuis les 30 dernières années de la santé de notre espèce.

Une santé qui se dégrade, dans une société qui se rend malade toute seule !

À ce jour, les principales causes de mortalités dans nos populations de pays riches, sont des causes majoritairement évitables : les maladies Cardio-Vasculaires et les Cancers dont les facteurs de risque sont l’hypertension, le diabète, le cholestérol, le tabac, la sédentarité et le stress. 

Notre médecine progresse, mais en est rendue, à ce stade, à soigner une population qui s’est, dans le cas de ces maladies, rendue malade toute seule !

En cause, derrière ces « Facteurs de risque » : une alimentation complètement inadaptée, une sédentarité extrême qui s’aggrave d’années en années, des polluants divers de plus en plus présents (vêtements, contenants, eaux, air…) 

Pourtant les articles scientifiques prouvant la toxicité du sucre, des graisses de mauvaises qualités, des pesticides, des plastiques, d’un grand nombre de conservateurs et exhausteurs, s’empilent ! 

Ainsi que les documentaires sur les effets bénéfiques d’une alimentation adaptée, de la pratique d’une activité sportive modérée ou intense régulière, et d’un choix de vie plus respectueux de la Nature. 

Nous avons oublié qui nous étions : les animaux les plus endurants de la planète (à voir ou revoir sur le sujet le reportage d’ARTE : « Sommes-nous fait pour courir ? ») qui se nourrissaient simplement, de manière frugale, sur le modèle du régime méditerranéen (régime inscrit au Patrimoine de l’Unesco et reconnu pour ses vertus préventives maximales) 

Une activité sportive indispensable à une bonne santé, et pour faire face aux nouvelles maladies…

Aujourd’hui, les minimas d’activité physique de l’OMS ne sont effectués que par une infime partie de la population : 2h30 par semaine d’une activité physique d’intensité modérée et 2 séances de renforcement musculaire ! 

Et l’on sait aujourd’hui que lorsque la sédentarité est extrême (plusieurs heures passées en position assise sans jamais se lever…) même une heure d’activité physique intense effectuée juste après, ne compense pas les effets délétères de cette période de sédentarité ! 

Il convient donc que chacun s’impose, de se lever, de bouger quelques minutes pour fractionner le temps de sédentarité et en limiter les effets, à la maison dans les loisirs numériques comme au travail. 

Le premier confinement nous avait tous fait réfléchir, et pour beaucoup, espérer un changement. Le monde d’après…

Un an quasiment après le premier confinement, le constat est amer : on parle confinement, vaccin, traitements…Encore et toujours, et c’est bien, probablement. Mais je n’entends que très peu d’appels à la prévention ! 

Et pourtant, même pour prévenir ou limiter les formes grave du Covid, l’activité physique, entre-autre, est fondamentale. Voici une parution, dont la synthèse scientifique est à lire en anglais :  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7387807/?fbclid=IwAR3zlm540Rzlg3DYQHo5o83mxFPr_CcrWwWK7lApmoOs3QRS2q_CBvT1mK0

Pour conclure, je dirai que le Made Nature n’a pas pris une ride ! peut on dire que en valorisant le sport et l’écoresponsabilité, Made Nature s’inscrit dans une démarche sport-santé qui me semble indispensable aujourd’hui.

Tout ce que la nature fait, rien ne peut l’égaler !

Le secret de notre santé réside aussi dans ce retour aux sources : une vie saine, simple, active, frugale et respectueuse de ce que la nature nous offre ! 

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *